Confession Quarante-Trois

Encore des lettres aujourd'hui
toutes sortes de phrases
mêlées aux vôtres
Parfois je réponds et parfois non
C'est comme le téléphone
il sonne je le regarde sonner
il y a des jours
où je ne suis pas dans mon nom
pas dans mon sang pas dans mes yeux
des jours des semaines des mois
je laisse
les lettres parler le téléphone hurler
C'est une affaire de bon sens
Je ne peux répondre qu'en ma présence
Seulement voilà que faire
quand je n'y suis pas

Christian Bobin, La vie passante



No comments:

Post a Comment

A few words...

Note: only a member of this blog may post a comment.