Confession Cent-Vingt-et-Un

Time is
Too Slow for those who Wait,
Too Swift for those who Fear,
Too Long for those who Grieve,
Too Short for those who Rejoice;
But for those who Love,
Time is not

Henry Van Dyke


3 comments:

  1. (ma) "Déposition" en regard à cette sublime photo, si pleine d'échos amicaux...
    http://pavupapri.hautetfort.com/archive/2015/09/13/deposition-5684371.html

    ReplyDelete
  2. Another #wink4U, #Mylady from the woods of Gahenne ;)
    http://pavupapri.hautetfort.com/archive/2015/09/13/deposition-5684371.html

    ReplyDelete
  3. Les poésies magnifiques de Tiniak...

    Le cheveu grisé aux tempêtes
    l'allure assouplie par les sables
    le ventre plein de mille fêtes
    et son rire méconnaissable
    elle respire encore
    un sourire échangé sur quelque étrange port

    Quelle heure est-il
    dans la maison qu'elle a quittée ?
    Quels souffles s'y seront mêlés ?
    Songe infantile
    où sont tes solaires oracles ?
    Tout l'habitacle
    et son lent sommeil de reptile
    n'en disent mais...

    Elle abandonne son bagage
    au tapis de son atelier
    et, sans dégraffer son bustier
    cède à ce moment de partage
    s'étale sur le sol moëlleux
    fermés les yeux
    pour invoquer tous ses rivages

    Poppins alors, et De Noailles...
    répandent son cheveu de paille
    sur la faille de son retour
    Un enfant surgit, c'est l'amour
    et son hymne, Vaille que Vaille !

    Tout est dit en un rien de temps
    Le soir a zippé les longs champs
    Un fumet chante sa cuisine
    Le monde embouche sa sourdine
    Aujourd'hui meurt
    où demain vient graisser la poêle de son beurre

    Et l'enfant - clic !
    cherchant son âge
    passe la main par l'ouverture métallique
    du bagage


    tiniak ©2015 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    ReplyDelete

A few words...

Note: only a member of this blog may post a comment.